mercredi 26 décembre 2012

Du Gentil sinon rien!

Aujourd'hui, c'est la Saint Etienne, jour férié en Alsace, région de ma naissance.

Alors que dire de beau? Que certains boivent du vin blanc d'Alsace, d'autres permettent à "des initié(e)s" de retrouver des vrais valeurs et saveurs des vins blancs d'Alsace...


C'est exactement ce qui vient de me tomber sur le coin du nez il y a quelques jours: retour en arrière de presque 20 ans... Un ami passe nous voir en décembre, nous glisse nonchalamment une petite bouteille de blanc des Hospices de Colmar (ça s'annonce bien ça!) et dit en fermant les yeux: "Vous goûterez ça, vous me direz ce que vous en pensez..." avec une petite phrase du style "j'avais plus que ça sous la main..."...
Moi, née en Alsace, "éduquée" aux blancs d'Alsace, je regarde, les Hospices de Colmar ok, je connais mais  l'appellation "Gentil", connais pas..."Tu verras" qu'il me dit...

cliquez sur l'image pour en savoir plus sur les Hospices de Colmar

Bon bin voilà...nous avons goûté, j'ai "vu", et vlan 20 ans dans la gueule: des saveurs plein la bouche, des images plein la tête: les églises accrochées sur les coteaux au milieu des vignes, le soleil qui tape, les maisons à colombage, les fontaines au coin des rues, les géraniums aux balcons, l'odeur du Kouglof dans le four, le torrent de mots alsaciens, la générosité de ce terroir et de sa gastronomie...
A chaque gorgée je me croyais là bas, cette terre que j'ai quittée en 1989, que je n'ai revu qu'une fois en 94, que j'ai tant détestée pour des raisons très personnelles mais qui malgré moi est tant ancrée en moi...

Ce vin, pour MES papilles est une pure merveille, c'est TOUT ce que j'aime: Pinot gris, Riesling et Gewurztraminer...cette fraîcheur, ce fruité, cette petite pointe d'acidité que j'aime tant...Alors MERCI pour cette belle découverte!
N'en déplaise à mon époux, je préfère largement ce vin à son Château de Maltroy, Bourgogne blanc du moment...



Alors tant que je suis dans les souvenirs voici le domaine d'où venait le vin qu'on buvait à la maison quand j'étais gamine...Je vois encore Henri Gross raconter ses histoires de la dernière guerre, Mme Gross cuire le kouglof, mon grand-père fait comme un polonais en sortant de la dégustation du vin nouveau, la collection de porte-clé sur un panneau de bois sous le porche...

cliquez sur l'image pour en savoir plus sur le Domaine Gross


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ah je suis content, moi alsacien d'adoption d'avoir fait découvrir ce vin à une vraie alsacienne.
Je t'avais prévenu que tu pouvais y aller les yeux fermés...
Judi

L'épicurienne a dit…

Oui "Judi", tu peux être content de ton coup!!!! ;-)
Par contre je ne suis alsacienne que de naissance, les seules attaches que j'y ai sont mes souvenirs d'enfance (pas toujours très doux) et ma plus "vieille" amie Caro!!!
Mais il est clair que l'Alsace ne laisse pas indifférent: la preuve te voilà alsacien "d'adoption"!!!