mercredi 24 septembre 2008

Le Bleu d'Auvergne

C’est à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Clermont-Ferrand que le Bleu d'Auvergne a gagné une réputation qui au fil des décennies, ne s’est pas démentie.

Il est né au milieu du XIXe siècle, de la nature et de la passion d’un enfant du pays. A cette époque, un fermier auvergnat imagina d’ensemencer du lait caillé avec la moisissure bleue qui se formait sur le pain de seigle puis de la percer avec une aiguille. L’air pénétrant dans les trames dit le reste, les premiers Bleus d'Auvergne allaient voir le jour. Les Auvergnats ont très vite domestiqué cette découverte et ont profité des ressources naturelles de la région, et des grottes froides qui permettaient au fromage de s’affiner lentement.

Il se fabrique de nos jours essentiellement dans le sud du Puy-de-Dôme et le nord Cantal sur ces sols volcaniques qui possèdent une terre riche et sont, par excellence, le domaine des herbages. Là, les vaches se nourrissent d’une flore abondante et variée.
Fromage de terroir, le Bleu tire son goût généreux de cette nature sauvage. Aujourd’hui encore, des hommes fiers de leur fromage, salé manuellement, affiné lentement, continuent à le produire dans le respect d’un savoir-faire que les années n’ont pas altéré.

Un bon bleu fait 20 cm de diamètre, 9 cm de haut, et a depuis 1975 une appelation d'origine protégée.
La zone de production du Bleu d'Auvergne, la plus grande des zones d’appellation des fromages AOC d’Auvergne, s’étend sur 2 départements (Puy-de-Dôme et Cantal) et cantons limitrophes (dans l’Aveyron, la Corrèze, la Haute-Loire, le Lot, la Lozère).
Pour fabriquer un Bleu, il faut : 20 à 25 litres de lait, du penicilium glaucum ou roqueforti pour développer le bleu.
Il s'agit d'
un fromage fondant : on dit qu’il est “lactique“, car les ferments lactiques agissent avant que l’on y ajoute la présure.

2 commentaires:

Hélène a dit…

C'est mon bleu préféré, tu penses bien.

Karyne a dit…

Tu aimes le Bleu de Lacqueille???